dimanche 7 juin 2015

Les veilleurs à Cognac ou les limites de la liberté d'expression

Depuis avril 2013 un groupe, auto-proclamé "Les veilleurs" se réunis à Cognac tous les mercredis soir sur la place publique (Place François 1er exactement). Ce groupe est né du mouvement "La Manif pourtous" dont la lutte initiale était de s'opposer au "mariage pour tous" et dont les revendications se sont rapidement étendues au droit à l'adoption pour les couples homosexuels, la PMA (Procréation Médicalement Assistée), à la GPA (Gestation pour Autrui), la vague notion de "Gender", la défense de l'embryon (opposition au droit à l'avortement et aux recherches sur le sujet), s'oppose au droit à la contraception, s'oppose au droit de fin de vie, etc...

Les veilleurs, qu'est-ce que c'est ?


Ce type de groupe a existé un peu partout en France, beaucoup ont périclité et ils sont peu nombreux à continuer leurs “veillées” sur la place publique. Le groupe de Cognac, fait ainsi figure de résistant (et ils aiment ça). Ailleurs soit le mouvement s'est auto-éteint, soit les mairies/préfectures n'ont plus autorisé leurs rassemblements sur l'espace public.

Ils se défendent vigoureusement d’être un groupe religieux et de pratiquer des prières de rues, ils se réclament aussi apolitique et menant une lutte pacifiste... pour sauver l'humanité.


Dans les stricts faits, à Cognac, ils se réunissent en groupe de 8 à 20 personnes (suivant les mois et les intempéries) autour de bougies et de banderoles déposées au sol portant quelques slogans marquants leurs revendications et des extraits de chansons ou de textes plus ou moins philosophiques. Ils “échangent” entre eux des lectures de textes, de poésies ou des chansons de tous genre (mais autour des thèmes de la famille principalement), prenant bien soin d'éviter directement la chose religieuse. Ils ont aussi intégré quelques codes des "indignés" comme de manifester son approbation en agitant les mains paume ouverte, mais a priori sans les signes pour manifester sa désapprobation...

Malgré ces précautions formelles, le groupe est constitué très majoritairement de catholiques (et parmi les plus fervents) et sont clairement de droite et parfois même très a droite. Ils sont assez proches des droites chrétiennes tendance traditionnelles en fait.
Pour s'en convaincre il suffit de consulter leur fil twitter ou facebook ou les informations a caractères chrétiennes sont très nombreuses, ainsi que leur suivis ou abonnés (signes ostentatoires nombreux). De même pour le caractère apolitique il faut pas gratter longtemps pour s'apercevoir que les informations relayées sont en opposition frontale avec les gauches (qu'ils détestent presque autant sinon plus que les homosexuels).

Revendications schizophrènes ? 


Ils se disent ainsi comme "n'ayant rien contre les homosexuels", "au contraire" et "y'en a même parmi nous" (sic), mais que c'est quand même "pas très naturel" (re-sic) et que "ça se soigne" (re-sic et gloups).

Mais ils se définissent surtout par les "mais" qu'ils ajoutent après ces qualificatifs et surtout "ils" (les homosexuels) ne doivent pas avoir droit :
  • au mariage (le pacs serait déjà largement suffisant et certains ne l'acceptent pas non plus et il faudrait pas pousser loin que l'union civile soit remise en cause). Le mariage étant le symbole de la famille, il ne leur est pas concevable que ce symbole puisse être appliqué a autre chose que le modèle dominant classique de un homme / une femme. Ils oublient bien sur au passage que le mariage dans une société laïque c'est avant tout un mode d’organisation de la conjugalité.
  • aux enfants, c'est ce qui leur est le plus insupportable, qu'un couple homosexuel puisse adopter ou élever des enfants
  • en grattant un peu, il est très facile de voir poindre d'autres "droits qui ne serait être accordés aux homosexuels" : se montrer ostensiblement en public (c'est dégoutant), revendiquer sa sexualité. Pour vivre heureux, vivez caché serait plus le crédo officiel, c'est pour cela probablement que les veilleurs eux exposent leur propre opinion en public.
Au delà, le groupe "les veilleurs" revendique d'autres retour aux "valeurs morales chrétiennes ou traditionnelles" :
  • ils dénoncent les lois autorisant la contraception (1974) et l'avortement (1975, 1979 et 1992) et s'en prenant farouchement à l'incarnation de ces lois à leurs yeux : Simone Veil
  • ils dénoncent aussi les lois encadrant le patient en fin de vie (2002 et 2005), inclinant pour la revendication de la foi sacrée en la vie et ne s'autorisant sous aucun prétexte a raccourcir volontairement la vie d'autrui ; dans ce cadre ils dénoncent le suicide comme un péché absolu car s'en prenant à dieu lui-même (c'est dieu qui donne la vie, seul lui peut la reprendre, s'arroger se droit c'est se prendre pour l'égal de dieu...).
    C'est le même principe sous-jacent qui leur fait dénoncer l'avortement, leur attitude face à la peine de mort serait intéressante à connaitre...
Beaucoup de revendications centrées sur la famille "traditionnelle" idéalisée et limitant bigrement de nombreux droits des femmes. En fouinant un peu je serais pas étonné que certains soient pas très enclin envers le droit de vote des femmes par exemple, au vu des échanges que j'ai pu avoir.

Au fil du temps (90 veillées à Cognac quand même) les thématiques et oppositions se sont élargies. Il en ressort que bien que de fondation droite-chrétienne, ce groupe fait très attention à montrer le moins possible de signes ostentatoires de cette affiliation non revendiquée. Ce qui est par contre évident c'est leur caractère nettement réactionnaire en opposition a tout progrès sociétal lié à la procréation, aux femmes ou aux alter-sexualités et très attaché aux notions traditionnelles de famille.

Ils se réclament pacifiste, ouvert et revendique leur liberté d'expression haut et fort,  mais ils n'acceptent pas les autres (différents), ils ne supportent pas la contradiction et n'accepte pas les autres libertés d'expression.

Il suffit de discuter un peu avec certains pour découvrir que le crédo "famille, travail, patrie" leur convient fort bien. En fait ils passent la moitié de leur temps a se défendre de toute malveillance envers les homosexuels, de tout attachement religieux ou politique ; et l'autre moitié du reste de leur temps à faire l'inverse.

Les veilleurs et la laïcité

Le groupe des veilleurs a une vision de la laïcité qui n'est pas totalement en phase avec celle de notre société et celle définie par la loi. Ce serait une laïcité ancrée dans les "traditions culturelles de l’Europe", ou cette laïcité accepterait les traditions chrétiennes et rejetterait volontiers les religions non européennes.
Se déclarant areligieux le mouvement accepte (en théorie) toutes les religions en son sein. Bien qu'a Cognac on cherche encore les musulmans ou athées dans le groupe de Cognac, mais ça doit être le hasard.

On trouve dans leurs communications sur les réseaux sociaux bon nombre d'informations pourtant clairement affilées à la chrétienté la plus radicale : célébration de Jeanne d'Arc (défilé des traditionalistes chrétiens sur la voie publique à Orléans), de la victoire de Lépante (la Sainte Ligue repoussant les Ottomans en 1571), affiliation au site internet "Salon Beige" qui annonce a son fronton "Laïcs Catholiques" et est considéré comme proche de l’extrême droite, photos de crèches en période de noël, citations bibliques, appel de l’évêque d’Angoulême pour rappeler les "brebis égarés (les veilleurs)", etc...

Les veilleurs et l'occupation de l'espace public

Ce qui fait la différence entre les veilleurs et les militants de la "manif pour tous" c'est le mode d'action (bien que la majorité des veilleurs se réclame des 2 mouvements). Les veilleurs se réunissent sur l'espace public pour effectuer des "veillées".

A Cognac, leur réunion a longtemps été hebdomadaire (tous les mercredis soir à 21h) puis désormais mensuel (depuis janvier 2015, tous les 1er mercredis du mois à 21h). Ils occupent l'espace public, place François 1er en étant assis à même le sol ou sur de petits tabourets apportés par leurs soins.

Rapidement il est apparu des oppositions à ce type de manifestation publique a caractère prosélyte, surtout depuis que la loi autorisant le mariage homosexuel est entrée en vigueur.
Ainsi dès 2012 les conseillers municipaux du Parti de Gauche se sont opposés publiquement à ce type de manifestation réclamant au maire de maintenir l'ordre public et d'interdire ce type de réunion ostentatoire sur la voie publique. La maire bien qu'opposé sur le fond a préféré ne rien faire, estimant "qu'ils se fatigueront"... En juin 2015 ils ne se sont toujours pas fatigués.
Plus tard un collectif, les "Poètes à voix hautes" a porté des demandes identiques, sans plus de succès.

La légalité de leur action est revenue sur la table fin 2014 quand il est apparu que "les veilleurs" n'avait pas d'autorisation pour occuper l'espace public alors que c'était demandé pour d'autres manifestations (et rendu obligatoire depuis un arrêté municipal de 2014).

En fait, le groupe n'avait aucune autorisation, ni municipale, ni préfectorale.
Au lieu d'intervenir, la mairie a préféré provoquer une réunion à huis clos avec les veilleurs et la sous-préfecture pour "régulariser" la chose (février 2015).
Depuis les veilleurs ont l'obligation de réclamer une autorisation à la sous-préfecture pour organiser leur manifestation mensuelle (comme tout autre organisation) sur l'espace public. Autorisation assortie d'une interdiction d'utiliser une sonorisation, chose qu'ils font pourtant à chaque fois.

Certes on voit passer chaque soir de leur "veillée" un véhicule de la police nationale qui ralentit pour voir comment ça ce passe... de loin. Tout les autres soirs, la police fait la même ronde. Mais jamais aucun contrôle d'identité ou contrôle d'une autorisation d'occupation de l'espace public, comme pourtant cela est pratiqué régulièrement pour d'autres actions publiques.
La volonté des autorités à ne pas faire de vagues (officieusement de peur de faire parler du sujet) va bien loin dans la complaisance.

Les veilleurs et la droite radicale


Les veilleurs défendent des valeurs "traditionnelles" fantasmées autour des notions de la famille surtout, mais aussi les autres valeurs traditionnelles "travail" et "patrie". Tout ceci transpire largement dans leur communication publique sur les réseaux sociaux et dans leur discours lorsqu'on échange en tête à tête.

Les discours sont très caricaturaux et typique d'une droite radicale très remontée contre les "gauchistes". Quand on trouve, par exemple, des comparaisons entre l'ancien ministre de l'éducation Peillon et le despote Pol-Pot par rapport aux soi-disant mesures mettant en avant "les théories du genre", il y a une disproportion typique des discours haineux anti-gauche, des droites les plus radicales.

En février un débordement autour d'une citation empruntée à Hitler dans le célèbre "Mein Kampf" (1925) sur facebook a révélé toute la propension des veilleurs à ratisser très large pour trouver des citations courtes et "porteuses de (leur) sens". La petite polémique a surtout révélé la naïveté confondante des veilleurs qui ont vu dans l'effacement de leur message par Facebook une censure... Faut-il leur rappeler que Facebook est un espace privé (et non public) régi par des CGU (Conditions Générales d'Utilisation) que tout un chacun valide en s'inscrivant (sans les lire le plus souvent) et qui autorise Facebook à faire ce que bon lui semble, notamment effacer des messages ou commentaires qui pourrait déplaire à facebook sans aucune justification. Fallait pas signer.

Ainsi quand les veilleurs me bloquent sur leur compte twitter, je vais pas crier à la censure, juste je constate le fossé abyssal entre leurs revendications de liberté d'expression et leur manque de persévérance dans le débat contradictoire.

Ils font pas de mal ?

Nombreux sont ceux a juger la présence des "veilleurs" comme "c'est pas très grave", "pas très gênante" et "pacifiste", même si les mêmes reconnaissent parfois être gênés par leurs revendications, mais bon "ils font pas de mal".

Sous une apparence en effet plutôt pacifique, humaniste et naïve, les veilleurs véhiculent toutefois des idées qui peuvent en choquer de nombreux et ceux-là aussi ont droit à l'expression. Comme toutes les libertés, celle de l'expression porte en elle des limites et nécessite surtout d'être réciproque.
C'est bien sur leur droit de s'exprimer, et même d'exprimer leurs désaccords avec des lois ; ce qu'ils ont fait largement (déjà 90 fois) sans se renouveler, c'est toujours le même message autour de le "famille traditionnelle" qui prévaut. Cela fait déjà 2000 ans que la sainte église fait de même...

Toutefois c'est aussi le droit d'autres d'être dérangés par cette expression publique d'idées qui flirtent avec la non acceptation des différences, par la tentative d'imposer une seule idée de modèle familial, par une pensée unique qui renvoie par échos à certaines heures sombres ou le modèle "famille, travail, patrie" a tenté de remplacer "liberté, égalité, fraternité".

Tolérer aussi longtemps le déversement public et récurrent des mêmes anathèmes et d'une haine diffuse n'est pas tolérable, c'est une agression permanente envers les laïcs, les progressistes, les homosexuels et le droit des femmes.

1 commentaire:

Cognac a dit…

Glad to find that blog..Good information provided..