samedi 16 décembre 2006

Conseil de la Communauté de Communes

Retour sur le dernier conseil de communauté de communes. Dans un billet précédent j'ai largement évoqué le sujet principal : le transfert de compétence du sport ; sujet qui continu à faire des remous et des échos dans la presse. Châteaubernard défavorable au projet a provoqué une réunion avec ses propres clubs sportifs, qui sont aussi opposés au projet et préconise une réunion entre tout les clubs sportifs concernés. Entre temps, une lettre du président a remis le feu au poudre : cette lettre envoyée à toutes les mairies pour établir un inventaire des activités sportives et un bilan financier des subventions actuelles, précisait que la compétence sport était avalisée. Jérome Mouhot est revenu sur le sujet dans la presse locale il y a 2 jours en tempérant et précisant qu'il n'avait pas lu ce courrier (!?), que les termes était mal choisis. Il a précisé que le processus était ralenti afin de mieux construire le projet qui sera soumis et qu'actuellement ce n'est bien que "le principe" qui est acquis. Il n'a pas évoqué la moindre concertation avec les clubs et indiqué que le service sport de Cognac pourrait devenir celui de la communauté de communes...

Les autres sujets du dernier conseil.

Le futur mariage des aéroports de Brie-Champnier et Cognac-Châteaubernard autour notamment de l'accueil d'une ligne régulière "low-cost" Londres-Charente (Ryan Air). Il s'agissait de ratifier les statuts du futur syndicat mixte pour gérer l'ensemble. Le sujet fera long feu, car le président (Jérome Mouhot) annonce que le sujet est retiré de l'ordre du jour car il est apparu que les statuts sont incomplets et manque de précision... Malgré cela un débat commence, un membre du syndicat mixte en charge de l'aéroport de Châteaubernard-Cognac s'étonne de ne pas avoir été consulté sur ce projet. Jean-Claude Faymendie (maire de châteaubernard) note avec étonnement que l'aéroport installé sur sa commune est juste nommé aéroport de Cognac dans le projet de statuts, reconnaissant le rayonnement du nom de Cognac, il ajoute que les nuisances sonores notamment sont entièrement supportés par sa commune... Jérome Mouhot clos immédiatement les discussions assez fermement en passant au point suivant.

Un peu plus tard 2 sujets autour de voies qui doivent être classés "mixtes" (c'est-à-dire que la communauté prend en charge la moitié des compétences donc des frais occasionnés pour l'entretien ou la réfection).
* la voie d'accès au moulin de Prézier, qui ramène sur la table la polémique autour des coûts de cet équipement communautaire (maison d'hôte) et de la question des fonctions de base de la communauté. En effet est-ce bien nécessaire que la communauté gère directement une maison d'hôte ? Est-ce bien le "métier" de nos élus ?
Les premiers chiffres d'occupation du Moulin de Prézier sont annoncés pour les 9 premiers mois d'exploitation : taux d'occupation des chambre 31%, avec une perte de fonctionnement de 21 000 euros (si on exclus certaines dépenses exceptionnelles liés au lancement).
* la voie de desserte du futur centre Hospitalier, présenté de prime abord comme une desserte future pour les employés, livraisons et pour les travaux ; puis comme un barreau temporaire pour le chantier. Jean-Claude Faymendie ramène sur la table son insatisfaction sur ce dossier, ou il estime que la communauté ne prend pas assez en charge les frais des voies de desserte que Châteaubernard doit financer à moitié : pour un équipement qui sera utile à un bassin de 80 000 habitants.
Il attire l'attention sur le manque de débat et de vision sur l'accès au futur hôpital, notamment en relation avec la nouvelle rocade de Jarnac qui va déplacer les célèbres bouchons de Jarnac vers le rond-point de la Trache rendant l'accès à l'hôpital problématique. Il finit par menacer ne pas accorder de permis de construire si rien n'est fait.
Jérome Mouhot rappelle que la communauté de communes s'est engagé à 50% pour les voies d'accès et que là il ne s'agit que d'une voie provisoire...

On apprend ensuite la réalisation de ventes de terrain sur les Zones d'Activités :
  • ZA Mas de la Cour (Châteaubernard) : cession à la société Ars Métropole pour la création d'un bâtiment de 3100 m2 ou seront installés 6 cellules commerciales dont 2 déjà réservés, dont 1 pour le magasin Casa actuellement installé place François 1er qui désire s'agrandir. Cela semble réjouir le propriétaire de Cinémovida qui doit s'y installer avec le futur complexe cinématographique et y voit l'opportunité de créer un espace détente sur l'emplacement de Casa.
  • ZA Montplaisir Sud (Cognac-Crouin) : cession à la société Bidoit pour un bâtiment de 1800 m2 afin d'y déplacer leur imprimerie actuellement installé rue Victor Hugo à Cognac dans des bâtiments anciens. Ce fut l'occasion d'un conseiller de lâcher son amerture envers la société Bidoit, son ancien employeur, dont il estime qu'elle ne mérite pas "ce cadeau" d'un terrain à 12 euros / m2. Bertrand Sourisseau à défendu son dossier assez vivement en expliquant qu'il n'y avait aucun cadeau. Que ce prix est le même pour toutes les sociétés et que la société Bidoit qui a connut de très grosses difficultés il y a quelques années a été depuis reprise et remise à flot, et que la communauté se doit de soutenir l'extension qui permettra à terme de créer peut être 4 ou 5 emplois selon la direction.
    Ce fut l'occasion d'assister à un petit débat sur la politique économique locale. Entre Jean-Claude Faymendie qui de manière plus générale a déplacé le débat sur la fonction des élus qui se doivent ne pas sacrifier le social sur l'autel de la pure logique économique, que la communauté ne doit pas être au service des sociétés qui ne s'implique pas dans la vie locale. Il rappelle l'ancienne cession pour l'euro symbolique de terrains à la société St Gobain par sa ville dans le passé.
    Bertrand Sourisseau, relayé par Jacques Dumas ne le suivront pas sur le terrain de la politique économique général pour simplement rappeller que le dossier Bidoit a été attentivement étudié et qu'il mérite un vote positif.
Au final cela fait 3 sociétés (Casa, Orchestra et Bidoit) qui vont quitter le centre-ville dans les mois à venir, rien n'a été dit sur le devenir de leurs locaux actuels qui étant privé ne relève bien évidemment pas de la compétence communautaire ou municipale. Il y a quelques jours la presse locale annonçait la fermeture de 4 boutiques anciennes du centre-ville, qui n'ont pas de plan de reprise claire : Bouteaud (chaussures, place d'armes), Blues Jeans (vétements, rue d'Angoulême), Élégance de Paris (vétements, rue d'Angoulême) et Nicole Bellia (cuir, rue Jean Jaurès). Vincent Ballanger (président de l'association Cognac Commerce) s'inquiète de ses départs du centre-ville et souhaite ouvrir le dialogue avec la CCI et la communauté de communes pour mettre en place des incitations à l'installation de boutiques en centre-ville.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ceci est le compte rendu de conseil communautaire du mardi 14 Novembre 2006....

icidr a dit…

Bravo super BLOGG
Et les photos sont super