mercredi 5 septembre 2007

Véognac s'invite aux débats du syndicat des eaux de Cognac

Alors que l'heure de la rentrée sonne aussi pour nos élus, le collectif de blogeurs d'Hasta Cognac Siempre lance une pétition sur internet depuis le site veognac.free.fr. Une pétition en faveur d'une régie publique intercommunale pour la gestion de l'eau et de l'assainissement à Cognac, Châteaubernard, saint-Brice et Merpins.

Voilà 32 ans que la société Compagnie Générale des Eaux (devenu entre temps Véolia) gère l'eau et l'assinissement à Cognac. Dans quelques semaines se contrat arrive à terme. Début 2006, le SIEAAC (syndicat intercommunale ou siègent nos élus) lance une audit afin de déterminer le meilleur mode de gestion pour l'avenir : soit continuer en délégation de service public avec une société privée, soit créer une régie afin de gérer l'eau directement.



L'audit mené sur plusieurs mois, donne une légère faveur financière à la régie et dénonce de nombreux points techniques mal géré par Véolia (voir le détail sur l'article Le rapport d'audit commandité par le SIEAAC). Pourtant nos élus après de cours débats choisiront de continuer la délégation à une société privée pour cause de frilosité a créer une structure régie. A cette époque le président (Jean-Claude Marchais) indique toutefois que si la négociation avec les candidats privée n'est pas favorable financièrement il sera toujours possible de créer une régie...

Aucun élu n'a semble-t-il noté les flagrants manquement technique de la société Véolia :
  • un taux de fuites de 37% sur le réseau
  • un entretien du même réseau divisé par 3 depuis 1998 (voir graphique ci-contre).
  • un maillage très faible
  • réserves d'eau en baisse, risques de pollution et manque de protections
  • saturation proche de la station d'épuration
  • aucun suivi efficace des actions du délégataire
  • aucun plans complets
  • etc...
Le comité de défense des services publics a établit fin 2006 sa propre analyse financière et arrive à un coût total de 0,88 euros/m3, contre 2,28 euros/m3 actuellement avec Véolia ; soit une économie de 2 000 000 d'euros par an à l'echelle du SIEAAC. Cette analyse a bien sur été critiqué par le SIEAAC. Il avait même été promis une réponse argumenté du SIEAAC qui a été plutôt ridicule et sans arguments.

Aujourd'hui, le SIEAAC étudie dans la plus grand secret les dossiers présentés et il se murmure que Véolia remportera le contrat pour 12 années supplémentaires en baissant significativement ses tarifs. Les seules considérations financières sont elles donc la seule chose que nos élus comprennent ? La mauvaise qualité de services et le manque d'entretien du réseau ne les inquiètent pas ?

C'est dans ce contexte que Hasta Cognac Siempre lance sa pétition afin d'user de l'ultime arme des citoyens quand les élus ont baissé les bras et refusent de porter ce type de débat sur la place publique.

Il est plus que temps de ramener ce débat sur la place publique. L'eau n'est pas une marchandise, c'est un bien de l'humanité et face aux errements des sociétés privées dans ce domaine, ainsi que face aux futurs (proches) problèmes de ressources, il est grand temps de penser aux citoyens et notre avenir durable...

7 commentaires:

ludo a dit…

Bonjour à tous
je vous encourage à aller soutenir cette action en faveur des services publiques.
Ce n'est pas en raison des coûts établie par véolia. Car si l'eau doit être couteuse pour sa valeur en tant que marchandise fragile, je suis d'accord pour payer le prix.
Mais c'est parce qu'il n'est pas pensable que des personnes ou des groupes industriels fassent des profits sur une ressource naturelle indispensable à la vie, que je soutiens ce mouvement.
Il est triste de devoir en arriver là.

Cordialement

le maire a dit…

malheureusement, il n'est pas possible de revenir en arriere.

pad a dit…

Si il est tout a fait possible de revenir en arrière jusqu'au dernier moment (sélection du délégué) si on en croit les paroles du président du SIEAAC en mai 2006 lorsque le vote a était effectué.

Il a alors clairement et publiquement dit que si les conditions financière n'était pas satisfaisante il serait toujours temps de choisir la régie... Il n'a bien sur évoqué que les conditions financières sans aucune référence : il est donc fort probable qu'ils ne reviendront pas en arrière.

Mais il reste tout de même quelques mois pour faire pression sur nos élus et la période électorale a venir est de plus fort propice. Il s'agit de la seule possibilité encore ouverte pour les citoyens.

Il ne faut pas hésiter a prendre sa plume et écrire à vos maires et délégué du SIEAAC, c'est la dernière occasion.

denchart a dit…

Aujourd'hui, le cas de l'eau à Cognac est traité à la une du Charente Libre ! Lisez l'article sur http://www.charentelibre.com/article.php?id_sequence=10&id_article=146323 tant qu'il est encore gratuit !!!

Anonyme a dit…

Bravo pour ce blog et la richesse des sujets qu'il aborde. Les dossiers sur l'eau m'intéressent particulièrement et la mise à disposition du plus grand nombre d'informations sur la gestion des services publics est une action citoyenne remarquable. Dommage, en revanche, que votre ton soit un peu "partisan" et que les informations anti-Véolia, dont certaines peuvent être légitimes, sont majoritairement imputables au syndicat (et non à son gestionnaire) et ... à l'état !!! En effet, toutes les observations relevées sur les ouvrages (maillage, protection des forages, etc) ne sont pas du ressort de l'exploitant mais du propriétaire ... à savoir le syndicat, quant à la fameuse provision pour les travaux elle est issue d'une clause ... légale et fixée par décret ! (mais annulée seulement depuis décembre 2006 par la Loi). Je sais que le sujet est compliqué, mais j'aurais préféré que la polémique facile soit remplacée par une pédagogie objective. A bientôt.

pad a dit…

Il est vrai que le sujet est complexe et je n'en suis pas un spécialiste, mais je reste ouvert pour mieux le comprendre.

Il ne reste pas moins que l'actuel gestionnaire n'entretien presque plus le réseau depuis 1996 ce qui est de son ressort. Que Véolia fait des "efforts" en 2006/2007 pour assurer des travaux afin de réduire le taux de fuite, juste avant la fin du contrat.

Il n'en est pas moins vrai que c'est le syndicat qui négocie le contrat qui fixe les obligations (notamment d'informations) et que le contrat actuel ne donne aucune visibilité au syndicat sur les actions du gestionnaire.

Quand aux provisions, légales en effet et destiné a créer une "cagnotte" en cas d'incident majeur à la charge du gestionnaire, le contrat le prévoit pas la retrocession des sommes économisées à l'issut du contrat.

Si vous disposez d'informations plus précises, vous pouvez en faire profiter l'ensemble des citoyens ici même ou mieux via le wiki de l'autruche qui vous permet de modifier à votre guise certaines pages, notamment celle concernant la charte environnementale (qui a un petit volet sur l'eau).

Quand au coté "partisan", ce blog reflète mon opinions et humeurs. Je ne prétend pas a une objectivité totale, je ne suis pas un journaliste ou un politique : un simple citoyen qui s'intéresse à sa ville.

Merci de votre commentaire.

Anonyme a dit…

Je ne suis pas dans le secret des contrats (bien que ces documents soient publics ... c'est par paresse que je ne m'y plonge pas) mais a ma connaissance l'audit réalisé il y a un ou deux ans sur le sieaac, et présenté en réunion publique, a révélé qu'il n'y a plus de "cagnotte" depuis un avenant récent et que les élus l'ont remplacé par une obligation de renouvellement d'équipements bien identifiés. De ce point de vue là, bravo, parcequ'ils ont anticipé la nouvelle loi sur l'eau (décembre 2006) qui impose désormais cette pratique. Le même audit a révélé (voir articles dans le Sud Ouest ou Charente Libre) que le gestionnaire a dépensé exactement ce qui était prévu, ni plus ni moins. Toutefois, par rapport à l' "ancienne" "cagnotte", je me permets juste de faire le parallèle avec mon assurance habitation : si ma maison ne brule pas, est ce que mon assureur me rembourse mes cotisations à la fin de l'année ?