samedi 31 mars 2007

Budgets 2007 & incident industriel

Des billets irréguliers ces temps-ci dut à un emploi du temps très chargé, je reviens donc rapidement sur 3 événements récents.

Conseil municipal du 22/03/07 : budget 2007
Vote du budget municipal sous le thème de la rigueur. Rien de neuf par rapport aux orientations présentés lors du précédent conseil ; guère plus de détails. Un budget de rigueur qui s'équilibre de justesse grâce à une allocation complémentaire de la communauté de communes annoncé par Jérôme Mouhot, mais pas encore voté par la communauté...
Comme précédemment annoncé, les investissements sont réduits et l'accent est mis sur la voirie (1,4 million) et le cadre de vie. Les impôts locaux resteront stable. L'environnement est tellement important pour la ville que la municipalité va se doter d'une 2ème balayeuse et d'une moto-crotte.
Après les critiques de l'opposition (voir le texte de l'intervention de Michel Gourinchas), le maire a présenté sa "vision" qui met en avant la ville comme le gestionnaire du quotidien et la communauté de communes sur la stratégie et le développement en annonçant que l'avenir du budget passera par plus d'abandon de compétence à la communauté de communes.
Sujet délicat (voir les récents atermoiement autour de la compétence sport) qui ne fait pas l'unanimité dans les autres communes qui ont l'impression que Cognac se désengage pour faire payer les petites communes pour le seul bénéfice de la "ville centre".

Conseil communautaire du 27/03/07 : du rififi chez les élus
Conseil sous très haute tension. Après la présentation du budget 2007, le président Jérôme Mouhot c'est vu incendié par Joël Baudin (maire de Gimeux) qui a accusé le président de mensonges et l'a traité d'escroc. Le président est resté "zen".
Au cœur du problème, un budget présenté comme un "beau budget" avec un excédent de 2,3 millions d'euros : mais financé à 70% par l'emprunt. Autre point difficile l'augmentation des allocations aux communes de 400 000 euros (dont 220 000 pour Cognac permettant d'équilibrer le budget difficile de la ville).
Jean-Claude Faymendie (maire de Châteaubernard) a aussi critiqué ce budget communautaire, de façon bien plus modéré que le maire de Gimeux.

Le budget a été voté avec 9 voix contre (dont Châteaubernard et Gimeux) et 1 abstention.
Le président Jérôme Mouhot a alors littéralement "pété les plombs" en direct et s'en est pris au maire de Châteaubernard en le démettant de ses fonctions de vice-président en raison de son vote "contre", estimant qu'un membre de l'exécutif n'a pas à voter "contre"...
On se demande à quoi ça sert de voter dans ce cas ! Une conception bien étrange de la démocratie...

Affaire a suivre, car pour démettre le vice-président, Jérôme Mouhot va devoir faire voter le conseil... Les élus de Châteaubernard ont quitté la salle en pleine séance.
Rappelons que Châteaubernard représente 1/3 des recettes de la taxe professionnelle avec 10% de la population.
Les élus de l'opposition de Cognac étaient absents.

Incendie Dégagement d'acide nitrique à Revico le 19/03/07
L'usine Revico (retraitement des déchets de distillation à Saint-Laurent de Cognac) a connu un incident très dangereux en fin de journée le 19 mars dernier. Vers 16H un incendie dégagement de fumée orange s'est déclaré accidentellement dans une cuve de stockage d'acide nitrique suite à une panne électrique d'une pompe...
Une trentaine de pompiers ont rapidement débarqués, accompagnés de gendarmes. L'usine a été évacué, l'incident circonscrit , 70 habitations isolées et la D83 fermée à la circulation.
Le vent a heureusement balayé rapidement les fumées toxiques d'acide nitrique sans causer aucun incident supplémentaires.
Revico est un site surveillé par la DRIRE qui la classe comme premier pollueur Cognaçais des eaux de surface. Revico rejette en effet dans l'Antenne (chiffre DRIRE 2005) environ 140 tonnes de résidus du retraitement dont 11 Kg de cuivre, 15 Kg de zinc, 745 Kg de phosphore, 2 T d'azote...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je m'étonne de la manière dont vous relayez l'incident survenu dans notre usine le 19 mars dernier.
J'imagine que vos sources sont essentiellement journalistiques et regrette que vous n'ayez pas cherché à les valider.
Aucun incendie n'est survenu dans l'usine REVICO le 19 mars dernier. S'il y a bien eu dégazement de vapeur d'une cuve, c'est le principe de précaution qui a conduit les pompiers à mettre en oeuvre un périmètre de sécurité.
N'hésitez pas, avant de reprendre une information alarmiste et partiellement erronée, à la vérifier auprès des témoins privilégiés.
REVICO

pad a dit…

Mes sources sur l'incident industriels à Revico sont effectivement les journaux locaux. Je ne suis pas journaliste moi-même et je n'ai pas mené d'enquête sur le sujet.
Les commentaires sont là aussi pour vous permettre de donner votre version.
Si je reprend mes sources il n'est pas fait mention d'un "incendie" mais bien de fumée et de dégagement d'acide nitrique... J'ai du me fier au vieil d'agage "il n'y a pas de fumée sans feu" qui semble donc ici faux.
Je m'empresse donc de corriger, incendie par dégazement de vapeur.
Il reste ce dégement d'acide dangereux qui a conduit les pompiers a mettre en œuvre ce périmètre de sécurité.

Anonyme a dit…

L'incident chez Revico n'a pas été circoncis mais circonscrit.
La circoncision c'est l'ablation du prépuce !